par Isabella Colombo

Dormez-vous mal? Vous êtes en bonne compagnie. Il y a 9 millions de personnes en Italie qui sont incapables de se reposer, même si le corps en a besoin. Mais quand pouvons-nous parler de véritable insomnie et, par conséquent, devons-nous nous mettre à l’abri? Pour comprendre cela, la National Sleep Foundation a développé un test d’auto-diagnostic en quatre points:

  • Vous devez dormir au moins 85% du temps que vous passez au lit. Cela signifie que si vous vous allongez à 23 heures et que vous vous levez à 6 heures, vous devez dormir au moins 6 heures et vous retourner entre les draps pendant au plus une heure au total.
  • Vous devez vous endormir au plus tard une demi-heure car vous vous mettez sous les couvertures.
  • Vous devez vous réveiller au plus une fois par nuit.
  • Tout réveil ne devrait pas durer plus de 20 minutes (normalement après cette heure, vous vous rendormez).
  • LES DOMMAGES DE L’INSOMNIE

    Ce n’est pas seulement une question de cernes: lorsque la nuit d’un événement sporadique devient constante, c’est aussi un problème de santé. Une étude de l’Organisation mondiale de la santé, par exemple, a montré que ceux qui dorment moins de 7 heures par nuit courent 4 fois plus de risques de crise cardiaque. Mais sans aller aussi loin, la nuit blanche affecte toujours le bien-être physique et mental général. «Le lendemain, vous avez du mal à vous concentrer, vous êtes irritable, le seuil de tolérance est minime. Imaginez quand le problème se produit tous les soirs « , explique Liborio Parrino, président de l’Association italienne de médecine du sommeil. « Le sommeil est essentiel pour recharger la » batterie du cerveau « . En fait, ceux qui ne se reposent pas correctement ont des problèmes de mémoire et plus de risques de développer une dépression. »

    GARDER L’ANXIÉTÉ

    De nombreux insomniaques éprouvent la frustration de ne pas être compris par leur médecin. « Encore trop nombreux ont tendance à sous-estimer le problème », poursuit l’expert. « Ou bien ils interviennent pour nous rendre hypnotiques, ce qui, cependant, aggrave les choses, car ils créent un faux sommeil. » Pour cette raison, de nombreux centres de médecine du sommeil ont été créés aujourd’hui pour traiter le problème de différents points de vue et sur le terrain de diverses compétences: en fait, il existe d’autres types de troubles à la base de l’insomnie, tels que l’anxiété, le stress, les maladies thyroïdiennes ou des déséquilibres hormonaux. Dans de nombreux centres, par exemple, grâce à la thérapie cognitivo-comportementale, nous travaillons sur des pensées anxieuses qui ne permettent pas à l’esprit de se détendre. Et les techniques de relaxation sont enseignées.

    LES RÈGLES ET QUELQUES ASTUCES

    Ne faites pas de sport le soir, abandonnez les siestes de l’après-midi et évitez de regarder les écrans des tablettes et de la télévision après une certaine heure (car ils « deviennent élevés » les niveaux de mélatonine) sont désormais des règles acquises. Mais il existe d’autres techniques pour favoriser le repos. « Tout d’abord, vous devez respecter votre propre rythme », explique Parrino. «Si vous êtes du type » alouette « , c’est-à-dire que vous êtes guillerette au petit matin, vous devez vous coucher tôt. Le contraire si vous êtes un « hibou » et que vous êtes plus actif tard le soir ».

    Attention à ne pas en faire trop avec les tisanes: ce sont de l’eau, elles remplissent la vessie, donc au milieu de la nuit l’envie d’uriner perturbe le sommeil. « Mieux vaut un peu de lait: il contient du tryptophane, un acide aminé qui stimule la synthèse de la sérotonine, le neurotransmetteur cérébral qui favorise la relaxation », assure l’expert. « Il peut être utile, pendant la journée, d’observer souvent une image relaxante qui sera spontanément rappelée par l’esprit le soir, quand elle sera nécessaire ». Même dormir nu peut être une arme contre l’insomnie: selon l’American Academy of Sleep Medicine, notre rythme circadien baisse naturellement la température corporelle lorsque nous dormons. Les pyjamas, perturbant cette baisse naturelle de température, pourraient gêner le sommeil.

    Janvier 2017

    Posez votre question à nos experts