par Paola Toia

INSOMNIE

Comment définir l’insomnie?

L’insomnie est un trouble passager ou persistant, vous vous endormez donc le soir, mais vous vous réveillez au milieu de la nuit ou vous vous réveillez trop tôt le matin sans pouvoir vous rendormir, même si le corps en a besoin.

De l’inconfort des passagers, également dû à des conditions de stress ou d’anxiété, le manque de sommeil peut devenir un problème clinique lorsque vous éprouvez des difficultés objectives à vous endormir pendant trois nuits ou plus au cours des semaines, des mois ou des années avec une diminution conséquente des activités tous les jours.

Selon les données de l’AIMS (Association italienne de médecine du sommeil), 1/3 des adultes italiens présentent des symptômes d’insomnie et pour près de 10% de cet échantillon, il s’agit d’un problème permanent qui affecte négativement la vie quotidienne.

Cette condition peut-elle également survenir pendant la grossesse? Oui, découvrons tout ce qu’il y a à savoir!

Posez votre question à nos experts!

L’INSOMNIE EN GROSSESSE: LES CAUSES

Le phénomène d’insomnie affecte souvent les femmes enceintes en raison de changements hormonaux typiques de la gestation, accompagnés de changements physiques, mais aussi émotionnels évidents: visites fréquentes aux toilettes, crampes non inhabituelles en attendant, anxiété, acide gastrique …

En détail, qu’est-ce qui détermine l’insomnie pendant les quarts de la douce attente?

Au cours du premier trimestre, les principales causes remontent à la progestérone (hormone stéroïde qui a pour fonction de préparer la muqueuse de l’utérus pour l’implantation de l’ovule fécondé) et elles se manifestent par l’augmentation de la température corporelle, la réduction de la phase REM ( moment de sommeil profond), la nécessité d’aller plus souvent aux toilettes pendant la nuit, l’apparition de crampes et une plus grande sensibilité à tout ce qui se passe autour (bruits nocturnes, ronflements du partenaire …). L’équilibre hormonal délicat, influencé par la présence du fœtus, affecte également négativement le sommeil de la future mère.

Au fur et à mesure que la grossesse progresse, les choses peuvent empirer, surtout au cours du troisième trimestre, lorsque vous avez besoin de plus de repos: quel inconfort dans cette phase peut compromettre le sommeil?

La difficulté à trouver la bonne position étant donné la plus grande taille du ventre (qui en passant en comprimant les organes donne un sentiment d’écrasement), les mouvements du fœtus, la miction la plus fréquente, l’acide gastrique avec le reflux grastro-œsophagien qui en résulte et l augmentation de l’ocytocine (l’hormone qui agit sur le muscle utérin provoquant les soi-disant contractions).

De plus, dans cette période, il est facile d’avoir des rêves liés au travail et au processus de séparation, éprouvant des peurs liées à la santé du bébé et à l’issue de la naissance elle-même. N’oubliez pas, alors, le «syndrome des jambes sans repos» ou l’envie irrésistible des femmes enceintes de bouger les jambes avant de s’endormir.

RECOURS POUR LE PREMIER TRIMESTRE

Remèdes pour limiter ou combattre l’insomnie au premier trimestre, lorsque les changements physiques ne sont pas encore aussi évidents:

– limiter le repos quotidien, en évitant de se coucher après 16 heures pour ne pas perturber le sommeil nocturne;
– ne dînez pas trop tard et restez léger;
– limiter l’anxiété et le stress;
– chercher des moyens de se détendre (lire, se promener, écouter de la bonne musique, prendre un bain).

RECOURS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE

Avec les progrès de la gestation, quels remèdes adopter?

– Suivre des cours de gymnastique douce pour les femmes enceintes (ex: aquagym) pour détendre les muscles et, par conséquent, tout le corps;
– utilisez des oreillers spéciaux pour soutenir la bosse du bébé dans le lit;
– allongez-vous sur le côté, compte tenu de l’augmentation de la taille du ventre;
– privilégiez toujours un dîner léger, à consommer pas trop tard;
– suivre un cours prénatal pour clarifier les doutes et les curiosités concernant la grossesse.

RECOURS POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE

Au cours des trois derniers mois, peut-être les plus difficiles, quelles précautions prendre?

– Préparez un dîner léger assez tôt;
– utilisez l’oreiller pour les femmes enceintes et allongez-vous sur le côté pour plus de confort;
– choisissez des aliments «adaptés au sommeil», tels que les grains entiers *, les bananes **, le lait chaud et le yaourt ***;
– ne vous couchez que lorsque vous avez sommeil;
– se détendre;
– partager (avec des experts, votre mère ou d’autres femmes présentes au cours d’accompagnement à la naissance) tous les doutes et les craintes pour vous rassurer et trouver des réponses.

* Les grains entiers sont riches en glucides complexes, connus pour leurs propriétés soporifiques.
** Les bananes sont très importantes car elles permettent de lutter contre les crampes nocturnes, grâce à la forte teneur en potassium et à la présence de sérotonine, un produit chimique impliqué dans le processus biochimique qui induit le sommeil.
*** Le lait et le yogourt contiennent du tryptophane, un précurseur de la sérotonine, une substance à effet calmant.

QUELS CONSEILS POUR COMBATTRE L’INSOMNIE DANS LA GROSSESSE?

Pendant les 9 mois de grossesse, le phénomène d’insomnie n’est pas si rare, surtout au premier trimestre lorsque les niveaux de progestérone augmentent et que le corps s’adapte à la nouvelle condition et au dernier, peut-être la phase la plus exigeante pour la future mère, suite à l’augmentation de l’ocytocine, des tailles de ventre plus grandes et de l’acide gastrique.

Quelques conseils utiles à mettre en pratique pour lutter contre le manque de sommeil:

– éviter la caféine après 12h00;
– boire 8 verres d’eau par jour (mieux vaut pas la nuit pour ne pas se lever trop souvent);
– faire de l’exercice uniquement pendant la journée afin de ne pas saboter le sommeil nocturne;
– prendre une collation avant de se coucher pour éviter l’apparition de crampes d’estomac pendant la nuit (oui aux protéines, glucides complexes, lait chaud, thé décaféiné; non aux sucres car ils sont trop énergétiques);
– prenez une bouffée d’air (cela peut être soporifique);
– faites-vous masser et / ou (pourquoi pas!) faites l’amour;
– essayez de vous coucher et de toujours vous réveiller en même temps, afin d’établir un rythme veille / sommeil régulier.

HERBES OFFICIELLES

L’aide peut également provenir des herbes médicinales, qui vous permettent de vous détendre. Cependant, avant de consommer des tisanes et des infusions, consultez votre médecin ou une sage-femme de référence.

Quelles herbes choisir?

La mélisse est excellente pour détendre les muscles, soulager les nausées et les vomissements, le tilleul contrecarre les troubles du sommeil, surtout lorsqu’il s’est refroidi, la passiflore est utile lorsque l’insomnie est liée à des états d’anxiété et des problèmes avec le tractus gastro-intestinal (coliques hépatiques, irritation du côlon), tandis que la camomille est indiquée lorsque surviennent des problèmes de digestion qui gênent le sommeil. À la plante choisie, l’herboriste peut ajouter une pincée de lavande ou de fleur d’oranger, qui n’a que la propriété d’effacer l’odorat.

FLEURS DE BACH

En attendant, une autre aide peut être apportée par les fleurs de Bach, telles que:

– Grenade: la fleur de grenade, symboliquement liée à la grossesse, qui apporte beaucoup de soutien;
– Châtaignier rouge: il aide en cas de soucis, notamment liés à la santé de l’enfant;
– Mimulus: utilisé pour contrer la peur de l’accouchement;
– Chicorée: à utiliser lorsque vous ne savez pas comment demander de l’aide;
– Pin: pour ceux qui pensent ne pas en faire assez pour le bébé qu’ils portent et se sentent coupables;
– Noyer: aide à s’adapter à la nouvelle situation des parents.