Le ronflement peut entraver le repos et parfois même compromettre le bien-être du couple. Mais retrouver des nuits calmes et reposantes n’est pas impossible. Cependant, il est également nécessaire de trouver la bonne solution en fonction de la cause qui déclenche la rhonchopathie. Le professeur Fabio Beatrice, directeur de la structure complexe d’oto-rhino-laryngologie de l’hôpital San Giovanni Bosco de Turin nous aide à faire le point.

Le dîner léger n’est pas discuté
Que vous ayez des kilos à perdre (le surpoids est l’une des causes du ronflement) ou non, il existe une règle, inoxydable, valable pour tous: le dîner doit être léger, faible en gras et sans alcool. La raison? « Lorsque le corps doit digérer un repas du soir lourd, il a besoin d’énergie qu’il récupère en reposant les muscles, y compris ceux du palais, de la base de la langue et de la première partie de la gorge. En conséquence, ceux-ci deviennent plus flasques, entrent en collision et vibrent fortement « , explique le professeur Fabio Beatrice.

Ok pour les systèmes qui agissent sur la posture
L’autre solution valable pour tout le monde est de trouver une ruse qui empêche de dormir sur le dos, une position qui facilite une obstruction temporaire au passage de l’air, responsable du ronflement.

« Les dernières nouvelles dans ce domaine sont les colliers électroniques, à porter la nuit, qui vibrent lorsque vous vous allongez sur le dos », explique l’oto-rhino-laryngologiste. «Mais il est tout aussi utile de se reposer à l’aide de deux oreillers ou de soulever la partie du matelas à la tête d’environ 10 cm. Ou recourir à l’ancienne astuce de la balle de tennis, à mettre dans une poche appliquée sur le pantalon de pyjama, à hauteur de taille « , explique l’expert.

Oui à la morsure, mais seulement dans un cas

Un autre remède très à la mode sont les piqûres anti-ronflement, des masques à appliquer sur l’arcade dentaire pendant le sommeil. « Ils ne conviennent qu’à ceux qui ronflent parce qu’ils ont une mâchoire constitutionnellement plus petite, qui glisse vers l’arrière », prévient Béatrice. « Avant de l’utiliser, une visite de l’otorino est nécessaire pour confirmer son utilité réelle, puis proposer un modèle personnalisé. »

Ok pour les patchs si tu respires mal

L’aide de dilatateurs (chevilles souples en silicone qui élargissent les cavités nasales) ou celle de patchs à appliquer sur le nez, qui peuvent garantir un plus grand passage de l’air, est également efficace. Mais attention: selon une méta-analyse publiée dans Jama Facial Plastic Surgery, ces appareils ne sont indiqués que si vous ronflez à cause d’une congestion nasale.

Cela peut être dû à un rhume, aux cartilages du bout du nez qui sont devenus très mous (comme cela arrive au fil des ans) ou à la grossesse. « Pendant l’attente, grâce à l’augmentation de la progestérone, les fosses nasales se bloquent facilement », explique le professeur Beatrice. « De plus, il est bon de combiner ces solutions avec un humidificateur, à mettre en service dans la chambre la nuit, et avec une couche très légère d’une crème balsamique, qui doit être appliquée à la base du nez, avant d’aller dormir ».

Chirurgie: les bonnes interventions
Si le ronflement est grave et provoqué par des défauts anatomiques, tels qu’un septum nasal dévié ou une hypotonie du palais qui a tendance à s’effondrer, nous nous appuyons sur la microchirurgie. « Une septoplastie peut rétablir le passage normal du flux d’air: elle est réalisée en chirurgie d’un jour, sous anesthésie générale, et dure une demi-heure. L’hypotonie peut être corrigée à la place en appliquant des radiofréquences à basse fréquence, sous anesthésie locale, ce qui redonne de la consistance au palais; ou, grâce à une intervention qui élimine la luette et une microportion du palais. Elle est réalisée sous anesthésie générale, avec hospitalisation d’une nuit et dure une demi-heure.

Méfiez-vous de l’apnée du sommeil
Dans 10% des cas, le ronflement est associé au phénomène des apnées nocturnes, phases de sommeil dans lesquelles le souffle est retenu, ce qui augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. « Pour les identifier, une polysomnographie, un simple examen effectué dans les centres de médecine du sommeil », suggère l’oto-rhino-laryngologiste Fabio Beatrice. «Il est particulièrement recommandé à ceux qui, en plus des ronflements, se réveillent plus fatigués qu’au coucher, se lèvent plusieurs fois la nuit pour aller aux toilettes même s’ils ont une prostate parfaitement en forme ou, au réveil, ont un cercle sur la tête qui s’estompe en une demi-heure: tous les espions d’un possible syndrome d’apnée nocturne ».


Les cures ne manquent pas

Pour les formes légères ou modérées, il est nécessaire de perdre du poids, utilisez des appareils de couchage
sur le côté ou une morsure anti-ronflement. Dans les cas graves, le C-PAP est utilisé, un masque spécial relié à une machine, à porter la nuit: il assure un flux d’air continu et empêche l’effondrement des parois des voies respiratoires supérieures.


Posez votre question à nos experts

Article publié le n. 6 des kiosques à journaux Sanevryin du 21 janvier 2020